ligament (n. m.)

Bookmark and Share

Anglais

  • ligament

Etymologie

lat. ligare, lier

Définition

- 1. Faisceau de tissu fibreux très solides qui prolongent les parties charnues des muscles et s'insèrent sur les os.
- 2. Replis du péritoine destinés à soutenir certains organes, comme le foie, l'utérus.
- 3. Organe fibreux placé entre les deux valves de la coquille d'un bivalve et permettant de les tenir ouvertes. Des muscles ferment la coquille.

Détails

Exemples :
- ligament accessoire, ligament suspenseur du boulet,
- ligament arqué du diaphragme,
- ligament arqué ischiatique,
- ligament cervical, ligament nucal,
- ligament coronaire du foie,
- ligament flaciforme du foie,
- ligament fundiforme du pénis,
- ligament interosseux,
- ligament patellaire, ligament rotulien,
- ligament pectinéal, ligament de Cooper, en région ombilicale,
- ligament pelvien, ligament pelvique,
- ligament rond du foie, ligament hépato-ombilical,
- ligament rond de l'utérus,
- ligament sésamoïdien,
- ligament supenseur de l'ovaire,
- ligament supenseur du boulet, cf suspenseur du boulet,
- ligament supenseur du pénis,
- ligament triangulaire du foie.

" LIGAMENT, s. m. (Anatomie.) partie du corps blanche, fibreuse, serrée, compacte, plus simple & plus pliante que le cartilage, difficile à rompre ou à déchirer, ne prêtant presque point, ou ne prêtant que très difficilement lorsqu’on la tire. Le ligament est composé de plusieurs fibres très déliées & très fortes, qui, par leur différent arrangement, forment ou des cordons étroits, ou des bandes, ou des toiles minces.
Ils paraissent servir à attacher, à soutenir, à contenir, à borner & à garantir d’autres parties, soit dures, soit molles. Ainsi leurs usages sont, 1°. de lier les os ensemble dans leurs conjonctions, & d’empêcher qu’ils ne puissent se luxer que par d’extrêmes violences ; 2°. de suspendre & arrêter certaines parties molles dans leur situation, comme la matrice, le foie & autres ; 3°. de former des espèces d’anneaux ou de poulies qui empêchent l’écartement des tendons de certains muscles, comme on le voit aux ligaments annulaires de la jonction du poignet.
Les ligaments considérés en eux-mêmes, diffèrent à raison de leur consistance & de leur sensibilité : à l’égard de leur consistance, on les appelle ligaments cartilagineux, membraneux & nerveux, selon qu’ils ont plus de rapport aux cartilages, aux membranes & aux nerfs. Pour ce qui concerne leur sensibilité, on conçoit que ceux qui sont des productions de parties tendineuses & nerveuses, sont beaucoup plus sensibles que les autres.
Les ligaments sont ou propres à des parties molles, ou communes aux autres parties molles & aux parties dures... Nous ne parlerons ici que des ligaments qui sont attachés aux os seuls & à leurs cartilages. On peut en établir deux classes générales ; les uns sont employés aux articulations mobiles des os, les autres lient les os ou s’y attachent indépendamment de leurs articulations.
Les ligaments qui servent aux articulations mobiles des os, & que l’on peut appeler ligaments articulaires, sont de plusieurs espèces. Il y en a qui ne font que retenir & affermir les articulations, rendre leurs mouvements sûrs, & empêcher que les os ne quittent leur assemblage naturel, comme il arrive dans les luxations. Ces ligaments sont comme des cordons plus ou moins aplatis, ou comme des bandelettes, tantôt étroites, tantôt un peu larges, quelquefois assez minces, mais toujours très fortes & prêtant très-peu. Tels sont les ligaments des articulations ginglymoïdes, c’est-à-dire en charnière, & ceux qui lient les corps de vertèbres ensemble. Immédiatement au-dessous des ligaments articulaires, il se trouve une membrane assez mince, laquelle s’attache de part & d’autre autour de l’articulation, pour empêcher l’écoulement de la synovie, qui humecte continuellement la surface des cartilages de l’articulation. Il y a de ces ligaments qui font tout ensemble l’office de lien ou de bande pour tenir les os assemblés, & de capsule pour servir de réservoir au mucilage. Ils environnent les articulations orbiculaires, comme celle de l’os du bras avec l’omoplate, celle du fémur avec l’os innominé, &c. Il y a aussi des ligaments qui sont cachés dans les articulations, même par la capsule ; tel est celui de la tête du fémur, apellé communément, mais improprement, le ligament rond, & ceux de la tête du tibia, que l’on nomme ligaments croisés... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Section

  • anatomie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [06/08/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32128 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15528 photos ou dessins.