lichens (n. m.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Lecanoromycetes

Anglais

  • lichen

Etymologie

gr. lécher

Définition

Taxon de champignons ascomycètes Pezizomycotina. Végétaux sans feuilles, racines et fleurs vrais. Symbioses de champignon et d'algue. Ils vivent en plaque sur le sol, les pierres (rupestres), les écorces, même des environnements très difficiles. Ils poussent lentement et vivent longtemps. Ils utilisent les minéraux du support et l'humidité de l'air. Certaines espèces de lichens sont sensibles à la pollution, surtout au dioxyde de soufre. Pl. présente dans la garrigue.

Détails

Exemples :
- Buellia epipolia, tache ronde plâtrée,
- Caloplaca thallincola,
- Candelariella aurella,
- Cetraria islandica, lichen d'Islande,
- Collema,
- Cladonia rangiformis, cladonie, lichen des rennes, buissonnante à filaments fins gris,
- Evernia prunastri, mousse de chêne,
- Parmelia endivifolia, parmélie à feuilles d'endive, à lanières larges blanches et vertes,
- Parmelia sulcata, parmélie striée,
- Physcia, lichens verts,
- Pseudevernia furfuracea, lichens en lanières fines,
- Rhizocarpon, rhizocarpon,
- Usnea, usnées,
- Xanthoria, lichens de couleur jaune à orangé,
dont Xanthoria parietina, lichen orange commun (common orange lichen).

" LICHEN, s. m. (Hist. nat. Botan.) genre de plante qui n’a point de fleur ; son fruit a la forme d’un bassin. Il contient une poussière ou semence qui paraît être arrondie, lorsqu’on la voit au microscope. Tournefort, inst. rei herb.
Lichen de Grèce, (Botan. exot.) espèce de lichen qui sert à teindre en rouge. M. de Tournefort qui en a donné le premier la description, le nomme lichen græcus, polypoïdes, tinctorius, Coroll. 40.
Il croît par bouquets grisâtres, longs d’environ deux ou trois pouces, divisés en petits brins, presque aussi menus que du crin, & partagés en deux ou trois cornichons, déliés à leur naissance, arrondis, & raides, mais épais de près d’une ligne dans la suite, courbés en faucille, & terminés quelquefois par deux pointes : ces cornichons sont garnis dans leurs longueurs d’un rang de bassins plus blancs que le reste, de demi-ligne de diamètre, relevés de petites verrues, semblables aux bassins du polype de mer ; toute la plante est solide, blanche, & d’un goût salé.
Elle n’est pas rare dans les îles de l’Archipel, mais son usage pour la teinture n’est connu qu’à Amorgos. Elle vient sur les rochers de cette île, & sur ceux de Nicomia. Il y a beaucoup d’apparence qu’elle servait autrefois à mettre en rouge les tuniques d’Amorgos, qui étaient si recherchées. Cette plante se vendait encore dans l’Archipel sur la fin du dernier siècle, dix écus le quintal, ce qui ferait vingt écus de nos jours ; on la transportait à Alexandrie & en Angleterre, pour l’employer à teindre en rouge, comme on se servait en France de la parelle d’Auvergne ; mais l’usage de la cochenille a fait tomber toutes les teintures que les plantes peuvent fournir. (D. J.) " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Sections

  • botanique
  • plante méditerranéenne

Classification scientifique

  • Ascomycota
  • Pezizomycotina

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [01/10/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32168 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15765 photos ou dessins.