lézards (n. m.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Lacerta
  • Podarcis

Autres noms

  • lacertiliens
  • sauriens

Anglais

  • lizard

Définition

Ils font partie avec les serpents et les amphisbènes de l'ordre des squamates. Ils ont des membres du type marcheur. Exemples : geckos (tarente), lézards, varans (varan du Nil), iguanes, seps ou orvet.

Détails

Exemples de lézards :
- Archaeolacerta multicola, le lézard montagnard (mountain lizard) orophile ;
- Lacerta agilis (L.), le lézard commun, lézard agile, L. 17-22 cm ;
- Lacerta bonnali, le lézard des Pyrénées ;
- Lacerta lepida, le lézard ocelé, L. 40-60 cm ;
- Lacerta viridis, le lézard vert, L. 25-40 cm ;
- Lacerta vivipara, le lézard vivipare, lézard des bois, L. 15-17 cm ;
- Podarcis hispanica, Podarcis liolepis, le lézard hispanique, lézard espagnol, lézard catalan, L. 10-15 cm, élancé ;
- Podarcis muralis, le lézard des murailles, lézard gris, L. 10-17 cm ;
- Podarcis sicula, le lézard des ruines.
Renvois :
- lézards aveugles, cf dibamidés
- lézards nocturnes, cf xanthusidés,
- lézards typiques, cf lacertidés,
- lézards-serpents, cf pygopodidés.

" Les Lézards sont, de tous les reptiles, ceux qui plaisent le plus à nos regards, tant par l'élégance de leur forme que par la beauté de leur parure, et l'on dirait qu'ils veulent se faire admirer, puisqu'ils se plaisent à habiter tout autour de nos demeures et dans nos jardins ; il y en a même qui vivent sous nos toits, tel est le Lézard Gris des Murailles. Leur grande sécurité et leur innocence sont cause qu'on les protège, et l'on se plaît souvent à les voir courir contre les murs des espaliers dont ils protègent les fruits en faisant une guerre continuelle aux insectes qui viennent pour les attaquer. Ils sont élégants, agiles, innocents, paisibles, et l'on peut dire qu'il existe bien peu d'animaux sur la terre qui passent une vie plus tranquille qu'eux. Ils semblent n'avoir qu'un seul désir, c'est la présence de l'astre qui les anime et les vivifie ; aussi, ont-ils soin de se choisir une retraite bien abritée des vents du Nord, ou rien n'absorbe ses rayons qu'il savourent avec délices. C'est autour de cette demeure qu'ils se promènent, en cherchant leur nourriture qu'ils saisissent avec d'autant plus de vigueur qu'ils ont reçu une chaleur plus grande.
Cependant toutes les espèces de Lézards n'habitent pas dans le voisinage de l'homme ; il y en a qui préfèrent les endroits humides et ombragés par des arbres ; d'autres, les lieux couverts de pierres et de racines, sous lesquelles ils trouvent un refuge à l'aspect du moindre danger. Lorsque le temps se refroidit ou bien qu'il devient pluvieux, ces timides sauriens se cachent au fond de leur demeure ; mais dès que la température s'élève, ou si le soleil perce à travers les nuages, on les voit reparaître au bord de leur trou, s'y tenir allongés et immobiles, les yeux à demi-fermés, pour y recevoir une chaleur bienfaisante.
A l'approche de l'hiver , chaque individu se choisit un gîte convenable, s'y enfonce, et bientôt il tombe en léthargie. Cet engourdissement se prolonge jusqu'au retour de la belle saison ; mais, pendant ce temps, la nature, en tout si prévoyante, les aide à quitter leur peau que la terre et le manque de mouvement avaient flétrie, pour leur rendre une robe plus fraîche et plus brillante pour reparaître au grand jour. Cf amputation. " (Crespon J., 1844. Faune méridionale ou description de tous les animaux vertébrés vivants et fossiles, sauvages ou domestiques... du Midi de la France. Nîmes, Chez l'auteur éd., 2 vol., 2e vol., 360 p., p. 190-192)

" Ordre SAURIENS [ancien]. Reptiles à fente cloacale transversale et à pénis double, généralement pourvus de deux paires de membres, de paupières, d'une caisse du tympan et d'une vessie urinaire ; gueule non extensible.
Les Sauriens ou Lézards (saura, lézard) ont le corps allongé, parfois semblable à celui des Serpents ; les membres peuvent même manquer en totalité ou en partie, mais les ceintures scapulaire et pelvienne ne font jamais entièrement défaut. La mâchoire inférieure est unie au crâne par un os carré mobile. Les dents sont tantôt insérées sur le bord tranchant des mâchoires (Acrodontes), tantôt soudées sur le côté interne (Pleurodontes). La langue peut être épaisse ou mince, fourchue, protractile, et ces caractères, comme ceux tirés du mode d'implantation des dents, servent à la classification. L'oviparité est la règle ; quelques espèces seulement sont ovovivipares (Orvet). Les Sauriens ne sont généralement pas venimeux. 5 sous-ordres [ancien]  :
1er sous-ordre : Amphisbéniens...
2° sous-ordre : Vermilingues. — La langue est vermiforme et très protractile. — Les Caméléons (Chamaeleon),...
3e sous-ordre : Crassilingues. — Langue épaisse, courte, charnue, à peine ëchancrée à la pointe, non protractile. — Ce sont les Geckos et les Iguanes, ...
4e sous-ordre : Brévilingues.
5e sous-ordre : Fissilingues. — Langue mince et fourchue, protractile. — Lézards (Lacerta), Varans (Varanus seu Monitor), etc... " (Railliet Alcide, "Traité de zoologie médicale et agricole", 2e éd. Asselin et Houzeau, Paris, 1895, p. 1012-3)

Section

  • zoologie

Classification française

  • reptile
  • squamate
  • lacertidé

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [15/08/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32135 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15586 photos ou dessins.