lèpre (n. f.)

Bookmark and Share

Anglais

  • leprosy

Etymologie

gr. lépis, lépidos, écaille car la peau devient écailleuse

Définition

Maladie contagieuse de la peau de l'homme due à une mycobactérie, du genre Mycobacterium. Les lésions rongent les tissus.

Détails

Le chat peut être atteint par la bactérie de la lèpre du rat Mycobacterium lepraemurium. Il a alors des nodules cutanés.

"LEPRE, s. f. (Méd.) cette maladie tire son nom des écailles dont tout le corps ou quelques-unes des parties de ceux qu’elle attaque sont recouvertes. Le mot grec λέπρη est formé ἀπὸ τῶν λεπίδων, qui signifient en français écailles. On compte ordinairement deux espèces principales de lèpre ; savoir la lèpre des Grecs, que les Arabes appelaient tantôt albaras nigra, & tantôt albaras alba, suivant qu’ils trouvaient plus ou moins d’intensité dans les symptômes : les Latins ont prétendu la désigner sous le nom d’impétigo ; l’autre espèce est la lèpre des Arabes, dont le nom grec est ἐλεφαντίασις, éléphantiase...
La lèpre commence à se manifester par l’éruption de pustules rouges plus ou moins abondantes, quelquefois solitaires, le plus souvent entassées les unes sur les autres dans différentes parties du corps, surtout aux bras & aux jambes ; à la base de ces premières pustules naissent bientôt d’autres qui se multiplient & s’étendent extrêmement en forme de grappes ; leur surface devient en peu de temps rude, blanchâtre, écailleuse ... d’abord qu’on les a enlevées, on aperçoit un léger suintement d’une sanie ichoreuse qui occasionne un picotement désagréable ou une démangeaison... A mesure que la maladie laissée à elle-même ou combattue par des remèdes inefficaces fait des progrès, les pustules se répandent, occupent le membre entier, & ensuite les autres parties, & successivement tout le corps ; elles deviennent alors, suivant Celle, livides, noirâtres, ulcérées ; le corps ainsi couvert d’un ulcère universel, présente à l’œil le spectacle le plus affreux & exhale une odeur insoutenable ; une maigreur excessive achève de le défigurer ; le visage, les lèvres & les extrémités inférieures & supérieures s’enflent prodigieusement, souvent au point qu’on ne peut apercevoir qu’à peine les doigts enfoncés & cachés sous la tumeur : survient enfin une fièvre lente qui consume en peu de temps le malade.
Cette cruelle maladie était très commune autrefois, sur-tout dans les pays chauds, dans la Syrie, l’Egypte, la Judée, à Alexandrie, &c... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Sections

  • médecine
  • pathologie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [13/08/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32134 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15581 photos ou dessins.