lapin (n. m.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Oryctolagus cuniculus (Linné 1758)

Autre nom

  • lapin domestique (n. m.)

Anglais

  • domestic rabbit

Etymologie

lat. cuniculus, terrier

Définition

Taxonomie : Mammifère euthérien lagomorphe, de la fam. des léporidés, aux longues oreilles.
Description : Le lapin est plus petit que le lièvre. Les oreilles sont longues, mais plus courtes que celles du lièvre. La queue est courte. Les membres postérieurs sont nettement plus longs que les antérieurs, mais moins que chez le lièvre. C'est un plantigrade. La fourrure est épaisse. En Afrique, les caractéristiques phénotypiques sont très variables.

Détails

Domestication : Le lapin, d'origine ibérique (Espagne signifie " pays des lapins " en phénicien), apprivoisé et disséminé à travers l'Europe d'abord par les Romains, puis domestiqué au Moyen-Age par des moines pour pouvoir manger sa viande pendant le carême, a été apporté en Afrique par les missionnaires et les colons au XIXe ou XXe siècle selon les pays.
Habitat : La répartition est mondiale.
Mœurs : La gestation du lapin dure 30 jours. Le lapin glapit.
Utilisations : Le lapin produit de la viande, de la fourrure, des poils et du fumier.
Espèces voisines : Le lapin de garenne est peut-être à l'origine du lapin domestique.
Races :
Les races sont nombreuses et de taille diverse.
Utilisations
: Le lapin produit une viande appréciée. Sa peau est commercialisée pour la fourrure. La couleur blanche est alors recherchée. Les déjections servent comme engrais ou pour alimenter des poissons.

" Le Lapin reste blotti pendant le jour dans des trous qu'il se creuse sous terre, ou bien au pied des touffes d'arbres et dans les trous des vieilles murailles ; mais durant la nuit il est très turbulent et commet souvent beaucoup de dégâts aux récoltes. Ce rongeur, qui est originaire d'Espagne ou d'Afrique, est aujourd'hui commun dans toute l'Europe. La chair du Lapin n'est pas noire comme celle du lièvre. " (Crespon J., 1844. Faune méridionale ou description de tous les animaux vertébrés vivants et fossiles, sauvages ou domestiques... du Midi de la France. Nîmes, Chez l'auteur ed., 2 vol., 1er vol., 320 p., p. 85)

" Lapins domestiques (L. domesticus). — Leur pelage est assez variable. Il est le plus souvent gris, mais on trouve aussi des individus roux, noirs ou blancs, et d'autres qui présentent un mélange de ces diverses couleurs. Les principales races reconnues par les auteurs sont : le Lapin commun, le Lapin bélier ou rouennais, le Lapin riche ou argenté, le Lapin blanc de Chine et le Lapin d'Angora.
 La plupart des naturalistes admettent que ces diverses races ou variétés dérivent toutes du Lapin de garenne ; mais P. Gervais regarde cette filiation comme très douteuse, et Sanson la nie d'une façon absolue, en se basant sur les caractères crâniens de ces animaux.
Domestication. — On ne possède aucun document précis relatif à la domestication du Lapin. Les ossements de Lepus font défaut dans le Kjokkenmodinger du Danemark ;  ceux, assez rares, qu'on trouve dans les palafites sont rapportés au Lièvre par Riitimeyer. Le Lapin ne devait donc pas être domestiqué à l'époque robenhausienne. Quelques auteurs pensent, d'après un passage de Confucius, que sa domestication a eu lieu en Orient. En tout cas, il n'a dû être introduit dans nos régions que fort tard. Les auteurs grecs et latins n'en parlent pas. Varron rapporte, il est vrai, que les Romains élevaient des Lièvres (commun et variable) et des Lapins (originaires d'Espagne) dans des parcs ou leporaria, et qu'ils les enfermaient parfois dans des cages pour les engraisser : les auteurs de la Maison rustique du XVIe siècle signalent aussi l'annexion de clapiers aux garennes et notent les modifications que subissaient les Lapins par suite du séjour dans ces clapiers ; mais il n'y a rien là qui dépasse ce que nous constatons tous les jours, et les documents de cette nature n'éclairent aucunement l'histoire de la domestication.
On sait que les Hébreux rejetaient comme impure la chair du Lièvre et du Lapin, et que, de nos jours encore, les Lapons et quelques autres peuples de l'Europe continuent de l'avoir en horreur.
Caractères physiologiques. — Les Lapins domestiques sont en état de se reproduire à cinq ou six mois. La durée de la gestation est de 31 jours. Chaque portée est en général de huit à douze Lapereaux, et une Lapine donne environ huit portées par an. On recommande de ne remettre la mère au mâle que trois semaines après la mise bas. La fécondation est opérée dans l'espace d'une nuit, et la Lapine peut continuer à nourrir encore ses petits pendant une huitaine de jours. Un mâle suffit pour dix à quinze femelles.
Services. — On entretient ces animaux dans des clapiers. La production des Léporidés domestiques, dit Sanson, est pratiquée partout par les cultivateurs, qui trouvent par là le moyen d'utiliser et de mettre en valeur les débris des légumes et les herbes de leur jardin, ainsi que les plantes non cultivées qu'ils vont recueillir dans les champs voisins de leur habitation. Ils les nourrissent ainsi avec des aliments qui, sans eux, resteraient sans emploi. Ce sont les Lapins ainsi reproduits à peu près sans frais, qui forment la grande masse de l'approvisionnement des marchés et déterminent conséquemment le cours de la marchandise, qui ne dépasse guère 0 fr. 73 le kilogramme de poids vif. » Par contre, l'élevage en grand de ces animaux n'a jamais donné de résultats avantageux, tant à cause des frais d'alimentation que par suite des conditions défavorables qu'entraîne l'agglomération des animaux. — C'est surtout pour leur chair que les Lapins sont élevés ; mais on utilise aussi leur fourrure. Enfin, il ne faut pas oublier que ces animaux sont de précieux auxiliaires de la physiologie moderne. " (Raillet Alcide, "Traité de zoologie médicale et agricole", 2e éd. Asselin et Houzeau, Paris, 1895, p. 1190-1)

h

Sections

  • zoologie
  • zootechnie

Classification française

  • lagomorphe
  • léporidé

Classification scientifique

  • Eutheria
  • Lagomorpha
  • Leporidae

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2019, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [21/09/2019]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 31951 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 13964 photos ou dessins.