jeûne 2 (n. m.)

Bookmark and Share

Anglais

  • fasting

Etymologie

lat. class. jejunus, qui n'a rien mangé

Définition

1. Privation des aliments, souvent volontaire, par exemple par pratique religieuse (carême, ramadan). 
2. Période de cette privation.

Détails

On distingue :
- le jeûne total, avec privation d'aliments liquides et solides,
- le jeûne hydrique où l'homme ou l'animal peut boire,
- le jeûne partiel, où les aliments sont diminués, mais pas supprimés, par exemple sans manger de viande.

" Jeûne, (Médecine.) la privation totale des aliments, aux heures où on a coutume d’en prendre, est souvent d’un aussi grand effet pour préserver des maladies, ou pour empêcher les progrès de celles qui commencent, que la modération dans leur usage est utile & nécessaire pour conserver la santé : ainsi les personnes d’un tempérament faible, délicat, se trouvent très bien non seulement de diminuer de temps en temps la quantité ordinaire de leur nourriture, mais encore de s’abstenir entièrement de manger, en retranchant par intervalles quelque repas ; ce qui est surtout très salutaire dans le cas de pléthore, comme lorsqu’on a passé quelque temps sans faire autant d’exercice qu’à l’ordinaire, lorsqu’on a été exposé par quelque cause que ce soit, à quelque suppression de la transpiration insensible, ou de toute autre évacuation nécessaire ou utile, lorsque les humeurs condensées par le froid & la plus grande action des vaisseaux qui en est une suite, se disposent à tomber en fonte, par le retour de la chaleur de l’air.
C’est pourquoi le jeûne que pratiquent les Chrétiens à l’entrée du printemps, semble ne devoir être regardé comme une loi de privation agréable à Dieu, qu’autant qu’elle est une leçon de tempérance, un précepte médecinal, une abstinence salutaire qui tend à préserver des maladies de la saison, qui dépendent principalement de la surabondance des humeurs.
Le jeûne ne convient pas cependant également à toute sorte de personnes ; il faut être d’un âge avancé pour le bien supporter, parce qu’on fait alors moins de dissipation : aussi Hippocrate assure-t-il (aphor. xiij. sect. 1.) que les vieilles gens se passent plus facilement de manger que les autres, par opposition aux enfants qui ne se passent que difficilement de prendre de la nourriture, & ainsi à proportion, tout étant égal, par rapport aux différents temps de la vie. Voyez Diète, Aliment, Abstinence, Nourriture. " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Section

  • alimentation

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [15/08/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32135 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15586 photos ou dessins.