ivraie (n. f.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Lolium temulentum L.

Autres noms

  • ivraie annuelle (n. f.)
  • ivraie énivrante (n. f.)
  • ray-grass enivrant (n. m.)
  • yvraie (n. f.)
  • zizanie (n. f.)

Anglais

  • cockle
  • darnel
  • darnel ryegrass
  • poison darnel

Etymologie

du lat. ebrius, ivre

Définition

Plante messicole toxique de la fam. des poacées (Poaceae) (Poaceae ou graminées), nuisible quand ses graines sont mélangée aux céréales (blés, etc.) (le bon pain et l'ivraie). Le pain peut alors ne pas lever ou être toxique. Les épis sont aplatis. Le grain ressemble à un grain de seigle mal venu.

Détails

Pl. toxique, narcotique. Sa toxicité (témuline) est inconstante, si les grains sont infestés par un champignon et par mélange de graines à l'avoine (homme) : démarche titubante, ébrieuse ou convulsions, mydriase, mort rare.
- Ivraie vivace cf ray-grass.

"IVROIE, s. f. (Botan.) l’ivroie, en grec αἶρα, en latin lolium, fait dans le système botanique de Linnæus un genre de plante particulier, dont voici les caractères distinctifs. Le calice est un tuyau contenant les fleurs rassemblées en manière d’épis sans barbe. La fleur est formée de deux segments, dont l’inférieur est étroit, pointu, roulé, & de la longueur du calice ; le segment supérieur est plus court, droit, obtus, & creux au sommet. Les étamines sont trois fils fort déliés, & plus courts que le calice ; les bossettes des étamines sont oblongues ; le germe du pistil est d’une forme turbinée ; les styles sont au nombre de deux, chevelus & réfléchis. La fleur environne étroitement la graine ; elle s’ouvre dans le temps convenable, & la laisse tomber. La graine est une, oblongue, convexe d’un côté, aplatie & sillonnée de l’autre.
Les Botanistes comptent quatre ou cinq espèces d’ivraie ; mais nous ne décrirons que la plus commune, nommée simplement lolium ou lolium album, & par Tournefort, gramen loliaceum, spica longiori. Sa racine est fibreuse avec des filaments très-fins ; sa tige est haute de deux ou trois coudées, aussi épaisse que celle du froment, un peu plus petite, ayant quatre ou cinq nœuds qui poussent chacun une feuille, comme dans le chien-dent, & dans les autres plantes dont la tige se change en chaume. Cette feuille est plus verte & plus étroite que celle du froment, luisante, lisse, grasse, cannelée, embrassant ou enveloppant la tige par l’endroit où elle sort. Sa tige porte un épi, droit, menu, plat, long d’un demi-pied & plus, d’une figure particulière ; car il est formé par l’union de six, sept, huit grains, & quelquefois davantage, qui sortent alternativement des deux côtés du sommet de la tige en forme de de petits épis sans pédicule. Chacun de ces petits épis est enveloppé d’une petite feuille. Ses graines sont plus menues que celles du blé, peu farineuses, de couleur rougeâtre & enfermées dans des cosses noirâtres, terminées par une barbe pointue qui manque quelquefois.
Cette plante ne croît que trop fréquemment dans les terres labourées parmi l’orge & le blé. C’est pourquoi la plupart des anciens & un grand nombre de modernes, ont cru que l’ivroie était une dégénération du blé ...
IVROIE, (Matiere médécin.) les anciens employaient l’ivroie en cataplasme, avec du soufre & du vinaigre contre la lèpre ; avec du sel & des raves, pour consumer les bords des ulcères putrides ; avec de la fiente de pigeon & de la graine de lin, pour murir les tumeurs ; mais en même temps ils ont été fort éclairés sur sa nature pernicieuse pour l’intérieur. Tous les Naturalistes, Aristote, Théophraste, Pline, Dioscoride, la plupart des historiens, des poètes, nous parlent des maladies qu’elle a causés en différentes occasions ; ils ont même cru qu’elle rendait aveugle ; car c’était chez eux un proverbe lolio victitare, pour dire devenir aveugle : Virgile appelle l’ivroie sinistre, infelix lolium. Les Modernes savent par expérience qu’elle cause des éblouissements, des vertiges, des maux de tête & des assoupissements ; que mêlée dans la drêche elle enivre, & qu’elle produit le même effet quand elle se trouve en trop grande quantité dans le pain ; de-là vient vraisemblablement son nom d’ivraye ou d’ivroie. (D. J.) " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1re éd., 1751)

" YVROIE, ZIZANIE, (Synonyme.) yvroie se dit au propre & au figuré ; arracher l’yvroie, séparer l’yvroie d’avec le bon grain. Zizanie ne se dit qu’au figuré, & signifie division, discorde. Malheureux sont ceux qui sèment la zizanie dans une famille, dans une compagnie, dans une communauté, ou parmi les peuples ! (D. J.) " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1re éd., 1751)

Sections

  • botanique
  • pathologie
  • plante méditerranéenne
  • plante toxique

Classification française

  • poacée

Classification scientifique

  • Poaceae

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2019, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [10/12/2019]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 31985 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 14223 photos ou dessins.