hémiones (n. m.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Equus hemionus

Autre nom

  • ânes hémiones

Anglais

  • Asiatic wild ass

Définition

Fam. des équidés (Equidae). Equidés sauvages d'Asie tenant de l'âne et du cheval. La taille est comparable à celle des grands ânes sauvages d'Afrique : 1,3 à 1,5 m au garrot. La robe varie du brun rouge au jaune pâle. Les oreilles sont plus longues que celles des chevaux et plus courtes que celles des ânes.

Détails

On distingue des sous-espèces :
- Equus hemionus kiang Moorcroft, 1841, kiang, kiang du Tibet, vivant au Népal et du Tibet, jusqu'à plus de 4 000 m d'altitude, plus grand que l'hémione vraie ;
- Equus hemionus khur Lesson, 1827, khur, âne sauvage indien, onagre de l'Inde, ghorkhar, cf âne sauvage indien,
- Equus hemionus kulan, l'hémione vraie, hémione de Mongolie, koulan, faux onagre (Central asian ass, kulan),
- Equus hemionus luteus Matschie (Mongolian kulan),
- Equus hemionus onager Bodaert, 1785, Equus onager, l'onagre de Perse (Persian onager).

" A. Les HÉMIONIENS se rapprochent un peu des Caballins par l'ensemble de leurs caractères; du reste, la plupart des auteurs qui les ont observés les ont considérés comme intermédiaires entre les Anes et les Chevaux.
Jusqu'à présent, deux espèces seulement sont admises sans conteste : le Kertag et le Dshigtai.
Le Kertag (E. Prjevalskyi Poliakov) ... cf cheval de Prjewalski.
L'Hémione (E. hemionus Pallas) est d'une taille un peu inférieure à la moyenne de nos Chevaux ; sa robe est d'un isabelle clair devenant presque blanchâtre sous le ventre et à la face interne des membres ; la crinière et la queue sont brun foncé. La bande rachidienne n'envoie pas de prolongements sur les épaules, sauf dans quelques-unes des variétés ci-après. La tête est assez lourde; les oreilles sont un peu plus longues que celles du Cheval, mais plus courtes que celles de l'Ane. La ligne du dos est droite, un peu relevée au niveau de la croupe. La crinière est droite et bien fournie.
La forme que Pallas a décrite sous le nom d'Hémione vit en troupes nombreuses dans les steppes de l'Asie centrale, depuis les frontières de la Chine jusqu'à la rive orientale de la mer Caspienne ; les Mongols la désignent sous le nom de Dshigguetai ou Dshigtai. Elle est quelquefois utilisée, dit-on, pour les travaux agricoles.
D'autres formes se rencontrent sur divers points de l'Asie, et ont été considérées par les zoologistes, tantôt comme des variétés locales de l'Hémione, tantôt comme des espèces distinctes. Ainsi, on trouve, dans les régions incultes situées entre la mer Caspienne et la mer d'Aral, un Asinien qui est désigné sous le nom de Koulan par les Kirghiz et autres hordes nomades de la Tartarie. Pallas le prit, bien à tort, pour le véritable Ane sauvage, l'Onagre des anciens, et lui donna pour ce motif le nom d'Equus onager. Aujourd'hui, on tend à le regarder en général comme identique au Dshigguetai.
Les vallées élevées du Thibet nourrissent aussi un animal du même groupe, auquel on donne le nom de Kiang. Hodgson, le regardant comme une espèce distincte, l'avait dénommé d'abord Asinus equioides, puis A. polyodon. La plupart des naturalistes s'accordent aujourd'hui à l'identifier également au Dshigguetai de la Mongolie.
D'autre part, il existe dans le désert de la Syrie un Équidé auquel Isidore Geoffroy Saint-Hilaire a donné le nom d'Hémippe (E. hemippus), et qui se distingue de l'Hémione type par une tête plus petite et plus fine, des oreilles plus courtes, etc. Il est probable que l'Hémippe n'est autre que le Mulet fécond dont parle Aristote, et pour lequel cet auteur avait créé le nom d'Hémione ; mais il ne semble pas qu'on doive le séparer spécifiquement des formes précédentes.
Par contre, on tend à faire une espèce nouvelle du Gourkour ou Ghorkhur, qui vit dans le Katsh, île voisine des bouches de l'Indus. Frédéric Cuvier et I. Geoffroy Saint-Hilaire l'identifiaient au Dshigtai ; Gray crut y voir le Koulan de Pallas ; enfin, Sclater, sans juger la question, proposa de rappeler Asinus indicus. Au Muséum d'histoire naturelle de Paris, les sujets obtenus par l'accouplement du Gourkour et de l'Anesse se sont toujours montrés stériles.
On rapporte avec quelque doute au Gourkour l'Équidé connu sous le nom de Gour, qui se rencontre surtout dans les déserts du nord de la Perse, et dont les membres sont zébrés de brun. D'autres Gours, signalés par Ken-Porter dans le sud de la même contrée, n'ont pas de raie dorsale.
Enfin on est encore plus mal fixé sur l'animal que Hamilton Smith vit à Londres vers le commencement de ce siècle, et qu'il croyait originaire de la Tartarie chinoise. Cet auteur supposa que cet Asinien n'était autre que le Yo-To-Tzé des Chinois, et en fit une espèce nouvelle, sous le nom d'Asinus equuleus. " (Raillet Alcide, "Traité de zoologie médicale et agricole", 2e éd. Asselin et Houzeau, Paris, 1895, p. 1164-6)

Section

  • zoologie

Classification française

  • mammifère
  • périssodactyle
  • équidé

Classification scientifique

  • Equidae

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2019, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [20/09/2019]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 31951 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 13964 photos ou dessins.