gourme (n. f.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • coryza contagiosa equorum

Anglais

  • strangles

Définition

Maladie infectieuse des voies respiratoires des jeunes équidés (3-6 ans surtout), contagieuse, parfois enzootique dans les grands rassemblements, caractérisée par de la fièvre, un catarrhe des premières voies respiratoires (angine : jetage purulent, toux grasse) avec hypertrophie purulente des ganglions correspondants dans l'auge et la face inférieure de L'encolure, et suppurations multiples en foyers (abcès), due au streptocoque de la gourme ou Streptococcus equi

Détails

Des œdèmes (anasarque) et phlyctèmes sont possibles. Des rechutes sont possibles. Des complications par infections secondaires variées peuvent transformer cette maladie assez bénigne en une affection grave, voire mortelle : anasarque, fluxion périodique, cornage chronique, etc.

"GOURME, s. f. (Maréch.) maladie que quelques auteurs ont comparée à celle qui dans l’homme est appelée petite vérole, quoiqu’elle paraisse & se montre différemment. Si elles ont l’une & l’autre quelque analogie, c’est par la régularité avec laquelle la première affecte la plupart des chevaux, & la seconde la plupart des hommes ; c’est aussi parce qu’elles arrivent plus communément dans le premier âge, & enfin parce que leur terminaison est également l’ouvrage de la nature.
Les causes de la gourme sont aussi inconnues que celles de la petite vérole...
Nous observerons d’abord que dans les pays chauds, les chevaux ne sont point, ainsi que l’a avancé M. de Soleizel, exempts de la gourme ; cette maladie est commune à ceux qui habitent le midi & le nord de l’Europe...
Quoi qu’il en soit, la gourme attaque les chevaux depuis l’âge de deux ans jusqu’à l’âge de quatre, & quelquefois de cinq ans. Elle se manifeste par un engorgement, une tuméfaction des glandes maxillaires, sublinguales, & même des parotides, vulgairement nommées avives ; par un écoulement d’une humeur visqueuse, gluante, roussâtre ou blanchâtre, qui flue des naseaux ; souvent aussi par des tumeurs & des abcès sur différentes parties du corps ; & dans tous ces cas, le cheval est triste, dégoûté ; il a la tête basse, les oreilles froides, des frissons ; & il tousse plus ou moins violemment dans les deux premiers.
La gourme se fait donc jour de trois manières : 1°. par les naseaux ; alors elle prend la route la plus heureuse & la moins difficile ; quelquefois aussi elle s’en ouvre deux, une par les naseaux, & une par les glandes tuméfiées qui s’abcèdent, ce qui est encore très à désirer : 2°. par ces mêmes glandes seulement : 3°. par des dépôts, ainsi que nous l’avons dit, qui portent un préjudice considérable aux parties sur lesquelles ils sont survenus, si la suppuration n’a pu se frayer facilement une issue.
La gourme peut arriver à l’âge de sept & même de huit ans ; alors elle est appelée fort improprement fausse gourme... Celle-ci est accompagnée de dyspnée, de fièvres, de battements de flancs ; elle est beaucoup plus rebelle & plus périlleuse ; elle se termine rarement par le flux de l’humeur qui doit découler des naseaux, par les glandes tuméfiées, & elle s’annonce communément par des dépôts suppurés...  Il est de plus fort à craindre, lorsque le cheval âgé de sept à huit ans est affligé de cette maladie, qu’elle ne dégénère en morve, si l’écoulement a lieu par les naseaux, & si elle est malheureusement négligée.
On doit placer séparément tout cheval qui jette. La gourme se communique non-seulement de poulains à poulains, mais de poulains à de vieux chevaux... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751)

Sections

  • cheval
  • pathologie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [07/04/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32042 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 14924 photos ou dessins.