gibier (n. m.)

Bookmark and Share

Anglais

  • game
  • game animal

Définition

- 1. Animaux que l'on chasse.
- 2. Viande de ces animaux.

Détails

On distingue :
- gibier à plumes (winged game, game birds, wildfowl) : perdrix, cailles, etc., des phasianidés.
- gibier à poil : chevreuils, daims, lapins, lièvres, etc.
- gibier à sabots (hoofed game animals),
- gros gibier, grand gibier (big game) : cerfs, daims, sangliers, etc.
- menu gibier, petit gibier (small game) : lièvres, renards, bécasses, perdrix, etc.
- gibier d'eau, oiseaux aquatiques, sauvagine (waterfowl, aquatic game birds) : canards, etc.
- gibier sédentaire, gibier cantonné (settled game animals).
Exemples :
- élevage de gibier extensif (game ranching),
- élevage de gibier intensif (game farming),
- récolte régulière (game cropping),
- abattages ponctuels (game culling).
Il est interdit, même en temps d'ouverture de la chasse, de transporter du gibier vivant sans permis de transport délivré par l'autorité administrative. (Code rural français art. 224-8).

" GIBIER, s. m. (Chasse.) c’est en général tout ce qui est la proie du chasseur ; ainsi les loups, les renards, &c. sont gibier pour ceux qui les chassent ; les buses, les corneilles, sont gibier dans la Fauconnerie, &c. Cependant ce nom est plus particulièrement affecté aux animaux sauvages qui servent à la nourriture de l’homme. Si l’on parle d’une forêt bien peuplée de gibier, on veut dire qu’il y a beaucoup de cerfs, de daims, de chevreuils, &c. Une terre giboyeuse est celle où l’on trouve abondamment des lièvres, des lapins, des perdrix, &c.
La propriété des terres étant établie, il paraît que celle du gibier qu’elles nourrissent devrait en être une suite : mais le droit naturel a depuis longtemps cédé à la force ; il est d’usage presque partout que les seigneurs seuls aient le droit de giboyer. A l’égard du paysan il cultive la terre ; & après des travaux pénibles, il voit dévorer par le gibier le grain qu’il a semé sans pouvoir s’y opposer, & souvent sans oser s’en plaindre.
La réserve de la chasse à la classe des nobles, a dû être une suite naturelle du gouvernement militaire. Les cultivateurs étaient serfs ; les nobles avaient en main l’autorité & la force : il leur fallait bien pendant la paix un exercice indépendant, qui ne leur laissât pas oublier la guerre. Cette police est peut-être fort avantageuse en elle-même ; la liberté de chasser donnée à tout le monde, pourrait enlever beaucoup de bras à l’Agriculture, qui déjà n’en a pas assez. Mais ce qui ne peut être utile à rien, c’est la conservation d’une excessive quantité de gibier, surtout des espèces qui détruisent les récoltes. Quelques êtres accablés du poids de leur inutilité, pour se ménager des occasions de se fuir, font gémir sous le poids de l’amertume & de la misère, une foule d’hommes respectables par leurs travaux & leur honnêteté : mais en blâmant les goûts excessifs, nous devons servir ceux qui sont raisonnables. La conservation de certaines espèces de gibier peut être agréable & utile sans beaucoup d’inconvénients. On en a fait un art qui a des règles, & qui demande quelques connaissances... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751)

Section

  • chasse

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [08/08/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32129 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15539 photos ou dessins.