gangrène (n. f.)

Bookmark and Share

Autre nom

  • sphacèle (n. f.)

Anglais

  • gangrene
  • mortification

Etymologie

gr. gaggraina, pourriture, gr. spakelos, gangrèrne

Définition

(adj. : gangréneux) Mortification localisée des tissus pouvant être suivie de putréfaction.

Détails

C'est généralement le résultat d'une ischémie locale d'origine circulatoire. Elle peut aussi être due à une infection traumatique par des germes anaérobies. La partie mortifiée peut se dessécher (gangrène sèche, eschares), ou entrer en putréfaction (gangrène humide due à des germes anaérobies). Exemples :
- gangrène cutanée,
- gangrène diabétique,
- gangrène digitale,
- gangrène des extrémités,
- gangrène gazeuse (gaz gangrene),
- gangrène pulmonaire,
- gangrène sèche,
- gangrène sénile.

" SPHACELE, s. m. en Chirurgie, est une corruption ou mortification totale de quelque partie, causée par l’interception du sang & des esprits.
Ce mot est grec, σφάκελος, formé peut-être de σφάζω, je fais mourir. On l’appelle aussi quelquefois necrosis, & quelquefois sideratio.
Le sphacele est différent de la gangrène, en ce que celle-ci n’est qu’une mortification commencée, &, pour ainsi dire, le commencement du sphacele, qui est une mortification parfaite & achevée...  " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

" GANGRENE, s. f. terme de Chirurg. est la mort d’une partie, c’est-à-dire l’extinction ou l’abolition parfaite du sentiment & de toute action organique dans cette partie. Les auteurs mettent communément la gangrène au rang des tumeurs contre nature ; quoiqu’il y ait des gangrènes sans tuméfaction, comme Ambroise Paré, fameux chirurgien du XVIe siècle, l’avait remarqué ; & c’est ce que les praticiens plus modernes ont reconnu par la division si utile qu’ils ont faite de la gangrène, en humide & en sèche. L’on a aussi confondu la gangrène avec la pourriture. Cependant les parties peuvent être mortes sans être atteintes de putréfaction. Il est vrai que la pourriture dans bien des cas succède très promptement à la mortification ; d’un autre côté la pourriture des chairs est toujours accompagnée de mortification : mais la pourriture a des signes certains & très sensibles, qui sont la dissolution putride & la puanteur cadavéreuse, qui ne se trouvent pas dans toutes les espèces de gangrène. Il est donc important d’examiner cet état si différent suivant ses différentes causes, dont les effets variés produisent autant de maladies distinctes, qui fournissent des indications très opposées.
La cause prochaine de la gangrène est l’extinction du principe vital dans les parties qui en sont atteintes. S’il y a de l’engorgement, la gangrène est humide. L’abondance des sucs arrêtés dans la partie qui tombe en mortification, est le caractère distinctif de cette gangrène. C’est l’engorgement qui la rend susceptible de pourriture, & qui est la principale source des indications particulières que ce genre de gangrène fournit. " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751)

Section

  • pathologie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [15/08/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32135 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15586 photos ou dessins.