millepertuis commun (n. m.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Hypericum perforatum

Autres noms

  • millepertuis perforé
  • millepertuis officinal
  • chasse diable
  • herbe aux brûlures (n. f.)
  • herbe aux mille trous (n. f.)
  • herbe de la Saint-Jean (n. f.)
  • trucheron jaune

Anglais

  • common St John's wort
  • perforate St John's wort

Définition

Fam. des clusiacées (Clusiaceae). 30-60 cm. Tige à 2 côtes saillantes. Feuilles opposées, ovales, sans pédoncule, ponctuées par transparence de glandes. Les fleurs, à 5 pétales jaunes d'or deviennent rousses. Fleurs du printemps-été. Fruits : capsules ovales. Pl. présente dans la garrigue.

Détails

Plante médicinale : on l'utilise contre les ulcères, pour cicatriser les plaies, et contre les coups de soleil. Il est antiseptique, astringent, diurétique, sédatif, vermifuge et vulnéraire. Son efficacité contre la dépression modérée est prouvée mais des interactions sont possibles.

"... mais nous ne pouvons parler ici que du millepertuis commun de nos contrées ; son nom latin est hypericum vulgare, dans C. B. P. 279, & dans les I. R. H. 254 ; en anglais the common yellow-flowend S. John’s-wort.
La racine de cette espèce de millepertuis, est fibreuse & jaunâtre. Ses tiges sont nombreuses, roides, ligneuses, cylindriques, rougeâtres, branchues, hautes au moins d’une coudée. Ses feuilles naissent deux à deux, opposées, sans queue, longues d’un demi-pouce & plus, larges de trois lignes, lisses, veinées dans toute leur longueur. Exposées au soleil, elles paraissent percées d’un grand nombre de trous ; mais ces points transparents, ne sont autre chose que des vésicules remplies d’un suc huileux, d’une saveur astringente, un peu amère, & qui laisse de la sécheresse sur la langue.
Ses fleurs poussent en grand nombre à l’extrémité des rameaux ; elles sont en rose, composées de cinq pétales, jaunes, pointues des deux côtés, & dont le milieu est occupé par quantité d’étamines, garnies de sommets jaunâtres. Le calice est à cinq feuilles : il en sort un pistil à trois cornes, lequel occupe le centre de la fleur. Quand la fleur est tombée, le pistil se change en une capsule, partagée en trois loges, pleines de graines menues, luisantes, oblongues, d’un brun noirâtre, d’une saveur amère, résineuse, d’une odeur de poix. Les fleurs & les sommets étant pilés, répandent un suc rouge comme du sang.
Cette plante vient en abondance dans les champs, & les bois. Elle est d’un grand usage dans plusieurs maladies, & tient le premier rang à l’extérieur parmi les plantes vulnéraires. On tire du millepertuis, deux sortes d’huiles, l’une simple, & l’autre composée, & toutes les deux se font différemment chez les artistes. A Montpellier, on macère les fleurs de cette plante dans une liqueur résineuse, tirée des vésicules d’orme ; on s’en sert pour mondifier & consolider les plaies, & les ulcérations, soit internes, soit externes. (D. J.)... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Sections

  • botanique
  • pathologie
  • plante médicinale
  • plante méditerranéenne

Classification scientifique

  • Clusiaceae

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [13/08/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32134 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15569 photos ou dessins.