extrémité (n. f.)

Bookmark and Share

Définition

Partie finale.

Détails

Exemple : - les extrémités des membres.

" EXTRÉMITÉ, s. f. (Gramm.) est la partie qui est la dernière & la plus éloignée d’une chose, ou qui la finit & la termine. C’est en ce sens qu’on emploie ce mot dans les phrases suivantes. Les extrémités d’une ligne sont des points. On ne peut pas aller d’une extrémité à l’autre, sans passer par le milieu.

Extrémités du corps humain (les) Médec. doivent être observées dans les maladies, surtout dans celles qui sont aiguës ; parce qu’elles peuvent fournir un grand nombre de signes pronostics très importants pour juger de l’événement. Il n’arrive jamais que les hommes meurent sans qu’il se fasse quelque changement notable dans l’extérieur des extrémités : on peut y considérer principalement la chaleur, le froid, la couleur, le mouvement & la situation respectivement à l’état naturel.
C’est toujours un bon signe dans les maladies aiguës, que les extrémités aient une chaleur tempérée, égale à celle de toutes les autres parties, avec souplesse dans la peau. On peut trouver les extrémités ainsi chaudes dans les fièvres les plus malignes ; mais cette chaleur n’est pas également répandue dans toutes les parties du corps, comme lorsque les extrémités sont moins chaudes que le tronc : d’ailleurs les hypocondres sont ordinairement durs dans ce cas-là, & l’habitude du corps n’est pas également souple dans toutes ses parties ; c’est ce qui distingue la chaleur qui n’est pas un bon signe d’avec celle qui l’est : une chaleur même brûlante n’est pas un mauvais signe, lorsqu’elle est également répandue dans tout le corps, & par conséquent aux extrémités ; c’est le propre des fièvres ardentes malignes de ne pas échauffer plus qu’à l’ordinaire les extrémités ; c’est aussi un signe de malignité, que les extrémités s’échauffent & se refroidissent en peu de temps ; c’est un signe mortel dans les maladies aiguës, qui épuisent promptement les forces. L’extrême chaleur, avec rougeur & inflammation de ces parties, est un bon signe dans ces mêmes maladies : une chaleur douce, tempérée, avec moiteur ou même avec un sentiment d’humidité, qui tend à se refroidir dans toute l’habitude du corps, mais particulièrement dans les extrémités, qui se trouve jointe à une fièvre continue, doit être très-suspecte ; parce qu’il y a lieu de craindre que la chaleur ne soit renfermée dans les viscères : la chaleur douce égale que l’on observe dans les hectiques, ne se conserve pas ; elle augmente considérablement après qu’ils ont pris des aliments, & elle se fait particulièrement sentir dans le creux des mains : d’ailleurs la chaleur dans la fièvre hectique, produit presque toujours une sorte de crasse sur la peau.
Le froid des extrémités dans les maladies aiguës, est toujours un très-mauvais signe, à moins que la nature ne prépare une crise ; ce qui s’annonce par les bons signes qui concourent avec le froid de ces parties : lorsqu’elles sont froides, que les autres parties sont brûlantes avec sécheresse, & que ces symptomes sont accompagnés d’une grande soif, c’est un signe de malignité dans la maladie : si on a peine à dissiper le froid des extrémités par les moyens convenables pour les réchauffer, & surtout si on ne peut pas parvenir à leur redonner de la chaleur, c’est un très mauvais signe qui devient même mortel & annonce une fin prochaine, si en même temps ces parties deviennent livides & noires.
C’est toujours un très bon signe dans les maladies aiguës, que les extrémités conservent leur couleur naturelle. La couleur rouge & enflammée de quelques parties du corps que ce soit, est aussi un bon signe, si elle provient d’un dépôt critique qui se soit fait dans ces parties. La couleur livide & noire des extrémités, surtout si le froid s’y joint, est un signe mortel.
C’est aussi un très-mauvais signe, que le malade agite continuellement & d’une manière extraordinaire ses pieds & ses mains, ou qu’il les découvre quoiqu’ils soient froids.
On doit de même très mal augurer d’un malade qui se tient constamment renversé avec les extrémités tant supérieures qu’inférieures, toujours étendues...

Extrémités, (Man. & Maréch.) nous entendons proprement par extrémités dans un cheval, la portion inférieure de ses quatre jambes : ainsi nous disons, un cheval dont les crins, la queue, & les extrémités sont noires. (e) " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751)

Section

  • anatomie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [10/04/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32045 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 14959 photos ou dessins.