étain (n. m.)

Bookmark and Share

Autres noms

  • fer blanc (anc.) (n. m.)
  • Sn

Anglais

  • tin

Etymologie

Du lat. stannum désignant un mélange d'argent et de plomb, puis l'étain.

Définition

Elément chimique de numéro atomique Z = 50 et de masse atomique A = 118,710. Métal blanc.

Détails

L'étain a eu une grande importance dès l'Antiquité. Jules César a conquis la Gaule entre autres pour pacifier la route de l'étain allant d'Italie en Grande-Bretagne (mines de Cornouailles). (Voir bronze).

" L'étain pur est d'un blanc d'argent ; en se ternissant il passe au bleuâtre, lorsqu'on en plie une baguette, elle fait entendre un petit bruit que l'on nomme cri de l'étain ; il donne de l'odeur par le frottement, et son peu de dureté lui permet de se laisser pénétrer par une épingle ; il est très ductile et susceptible de se réduire sous le laminoir, en feuilles plus minces que du papier.
L'étain est le plus léger de tous les métaux usuels ; il ne pèse que 510 livres environ le pied cube (255 kilos), et il est si fusible, qu'un fer chaud le fait fondre. Dans cet état de fluidité, il se couvre promptement d'une pellicule terne que les fondeurs ambulants nomment crasse ; et qui n'est autre chose que de l'oxyde d'étain que l'on ramène à l'état de métal en le fondant à travers les charbons. Les savants sont convenus n'appeler oxyde, les pellicules ternes ou terreuses dont le temps, l'humidité ou le feu, recouvrent la plupart des métaux, ainsi la rouille , le vert-de-gris, la crasse d'étain, la fleur de zinc, la battiture de cuivre, la paille de fer sont des oxydes. Rappelez vous de ce mot et de sa signification, parce qu'il commence à passer dans le langage habituel et familier.
On connaît dans le commerce plusieurs sortes d'étains, mais seulement par rapport aux différentes contrées qui le fournissent...
Les usages de l'étain sont très nombreux et très variés ; à l'état de métal pur, il nous fournit une foule d'ustensiles de ménage qui deviennent économiques par leur solidité et leur valeur réelle.
En Suisse, en Normandie, l'étain de ia maison d'un fermier est une partie essentielle de son mobilier. On avait cherché à jeter de la défaveur sur la salubrité des vases d'étain ou simplement étamés ; mais des expériences faites avec un soin infini ont parfaitement rassuré à cet égard.
L'étain ayant la propriété de s'allier avec plusieurs métaux de moindre valeur que lui, on devait s'attendre que les gens sans bonne foi ne manqueraient pas d'en abuser, en sorte que l'on a été forcé d'exiger des potiers d'étain qu'ils garantissent leurs ouvrages par un poinçon analogue à celui des matières d'or et d'argent : ainsi, par exemple, l'étain de potier doit contenir 100 d'étain pur, 6 livres (3 kilog. ) de cuivre et 18 onces ( 60 grammes) de bismuth.
L'étain commun doit renfermer 100 d'étain pur, 15 de plomb, 6 de cuivre jaune, avec une quantité variable d'antimoine. Outre les moyens chimiques dont on peut faire usage pour connaître positivement le degré de pureté de ce métal, on pratique journellement plusieurs essais qui ont pour but de comparer sous un même volume le poids de l'étain pur avec celui dont on ne connaît point la qualité. Tels sont l'essai à la balle et à la pierre. " (Brard C.P., 1826. Minéralogie populaire ou avis aux cultivateurs et aux artisans... Paris,  Libraire Louis Colas, 32 rue Daupine ed., 1 vol., 102 p., p. 49-51)

" ÉTAIN, s. m. (Hist. nat. Minéralog. & Métallurg.) stannum, plumbum album, Jupiter, &c. c’est un métal blanc comme l’argent, très flexible & très mou, qui, quand on le plie, fait un bruit ou cri (stridor) qui le caractérise, & auquel il est aisé de le distinguer : c’est le plus léger de tous les métaux ; il n’est presque point sonore quand il est sans alliage, mais il le devient quand il est uni avec d’autres substances métalliques. C’est donc une erreur de croire, comme font quelques auteurs, que plus l’étain est sonore, plus il est pur. La pesanteur spécifique de l’étain est à celle de l’or comme 3 est à 8.... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751)

Section

  • chimie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2021, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [21/09/2021]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32313 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 17406 photos ou dessins.