escargots (n. m.)

Bookmark and Share

Autre nom

  • limaçons (ancien) (n. m.)

Anglais

  • snail

Définition

Mollusques gastéropodes pulmonés terrestres : stylommatophores ou gastéropodes prosobranches terrestres. Ils ont une coquille calcaire spiralée. Ils marchent lentement sur leur pied, en laissant une bave visqueuse. Ils mangent des végétaux et peuvent nuire aux cultures. Escargots et limaces sont éloignés par la lavande, le persil, la moutarde et les capucines.
- escargot de mer, cf bulot.

Détails

Escargot (Helix aspersa), anatomie (en anglais) : 1 coquille (shell)  _  2 foie (liver)  _  3 poumon (lung)  _ 4 anus (anus)  _ 5 pore respiratoire (respiratory pore)  _  6 œil (eye)  _  7 tentacule (tentacle)  _  8 cerveau (cerebral ganglia)  _  9 conduit salivaire (salivary duct)  _  10 bouche (mouth)  _  11 panse (crop)  _  12 glande salivaire (salivary gland)  _  13 orifice génital (genital pore)  _  14 pénis (penis)  _  15 vagin (vagina)  _  16 glande muqueuse (mucous gland)  _  17 oviducte (oviduct)  _  18 sac de dards (dart sac)  _   19 pied, sole pédieuse (foot)  _  20 estomac (stomach)  _  21 rein (kidney)  _  22 manteau (mantle)  _  23 cœur (heart)  _  24 canal déférent (vas deferens).


On distingue pour les prosobranches les fam. des :
- Aciculidae,
- Cyclophoridae,
- Pomatiasidae.
On distingue pour les pulmonés les fam. des :
- Helicidae, hélicidés,
- Argnidae,
- Boettgerillidae,
- Bradybaenidae,
- Carychiidae,
- Chondrinidae,
- Clausiliidae,
- Cochlicopidae,
- Daubebardiidae,
- Discidae,
- Ellobiidae,
- Enidae,
- Euconulidae,
- Ferussaciidae,
- Gastrodontidae,
- Hygromiidae,
- Lauriidae,
- Milacidae,
- Orculidae,
- Parmacellidae,
- Pleurodiscidae,
- Punctidae,
- Pupillidae,
- Pyramidulidae,
- Spincterochilidae,
- Streptaxidae,
- Subulinidae,
- Succineidae,
- Testacellidae,
- Valloniidae,
- Vertiginidae,
- Vitrinidae,
- Xanthonychidae,
- Zonitidae.

" LIMAÇON, s. m. (Hist. nat. Zoolog.) cochlea, animal testacée : il y en a un très-grand nombre d’espèces, tant terrestres qu’aquatiques ; on leur donne aussi le nom de limas. Voyez Coquillages & Coquilles.
Pour donner une idée des coquillages de ce genre,  nous rapporterons seulement ici une courte description du limaçon commun des jardins, apellé vulgairement l’escargot. Cet animal est oblong ; il n’a ni pieds ni os : on y distingue seulement la tête, le cou, le dos, le ventre, & une sorte de queue ; il est logé dans une coquille d’une seule pièce, d’où il sort en grande partie, & où il rentre à son gré. La peau est lisse & luisante sous le ventre, ferme, sillonnée, & grainée sur le dos, plissée & étendue de chaque côté en forme de fraises, au moyen desquelles l’animal rampe comme un ver. La tête a une bouche & des lèvres, & quatre cornes, deux grandes placées plus haut que les deux autres, qui ont moins de longueur. Les grandes sont pyramidales & terminées par un petit bouton rempli d’une humeur jaunâtre, au milieu duquel on aperçoit un point noirâtre assez ressemblant à une prunelle ; les petites cornes ne diffèrent des grandes, qu’en ce qu’elles n’ont que le tiers de leur grosseur & de leur grandeur, & que l’on ne voit pas à leur extrémité un point noirâtre. On a prétendu que le bouton des grandes cornes étoit un œil ; mais l’opinion la plus accréditée est que ces quatre cornes ne sont que des antennes que l’animal emploie pour sentir les obstacles qui se rencontrent dans son chemin ; la bouche est grande & garnie de dents.
Les limaçons ont chacun les deux sexes ; ils sont hermaphrodites ; il y a au côté droit du cou un trou fort apparent, qui est en même temps le conduit de la respiration, la vulve & l’anus, & qui même a différentes cavités, & en particulier a des intestins tortueux qui flottent dans le ventre. Au temps de l’accouplement ces intestins se gonflent & se renversent, de façon qu’ils se présentent à l’ouverture de l’anus alors fort dilatée, sous la figure d’une partie masculine & d’une partie féminine. Il sort par la même ouverture du cou un aiguillon fait en forme de lance à quatre ailes terminée en pointe très-aiguë & assez dure, quoique friable. Lorsque deux limaçons se cherchent pour s’accoupler, ils tournent l’un vers l’autre la fente de leur cou, & dès qu’ils se touchent par cet endroit, l’aiguillon de l’un pique l’autre ; cette sorte de flèche ou de petit dard se sépare du corps de l’animal auquel il était, tombe par terre, ou est emporté par le limaçon qui en a été piqué : celui-ci se retire ; mais peu de temps après il revient & pique l’autre à son tour. Après ce préliminaire, l’accouplement ne manque jamais de se faire. Les limaçons s’accouplent jusqu’à trois fois de quinze jours en quinze jours, & à chaque fois on voit un nouvel aiguillon. M. du Verney a comparé cette régénération à celle du bois du cerf. L’accouplement dure dix ou douze heures, pendant lesquelles ces animaux sont comme engourdis : la fécondation n’a lieu qu’après le troisième accouplement. Au bout d’environ dix-huit jours, les limaçons pondent par l’ouverture de leur cou des œufs qu’ils cachent en terre ; ces œufs sont en grand nombre, sphériques, blancs, revêtus d’une coque molle & membraneuse, collés ensemble en manière de grappe, & gros comme de petits pois ou des grains de vesce.
Aux approches de l’hiver, le limaçon s’enfonce dans la terre, ou se retire dans quelque trou ; il forme à l’ouverture de sa coquille avec sa bave un petit couvercle blanchâtre & circulaire de matière un peu dure & solide lorsqu’elle est condensée, néanmoins poreuse & mince pour laisser entrer & sortir l’air. L’animal reste ainsi pendant six ou sept mois sans mouvement & sans prendre de nourriture ; au printemps il ouvre sa coquille.
 Les limaçons mangent les feuilles, les fruits, les grains, plusieurs plantes ; ils font de grands dégâts dans les jardins, pendant la nuit surtout lorsqu’il pleut : les tortues détruisent beaucoup de ces animaux. Hist. nat. des anim. par MM. de Nobleville & Salerne, tome I. " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Section

  • zoologie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [03/12/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32253 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 16084 photos ou dessins.