éparvin (n. m.)

Bookmark and Share

Autre nom

  • épervin (anc.) (n. m.)

Anglais

  • bone spavin
  • knee spavin
  • spavin

Définition

Lésion osseuse périostique avec soudure des os de la face interne du bas du jarret des artiodacyles (cheval...) et tumeur osseuse. Il entraîne une flexion brusque du membre, semblable au mouvement de l'épervier.

Détails

Exemples :
- éparvin articulaire, hydarthrose tarsienne (bog spavin) ;
- dans l'éparvin osseux, on distingue éparvin calleux (avec tumeur osseuse) et éparvin sec ;
- l'éparvin sanguin (blood sparvin) est une grosseur due à la distension de la veine saphène.

" EPARVIN ou EPERVIN, s. m. (Manège. Maréch.) tumeur qui affecte les jarrets, & qui ne doit être regardée que comme un gonflement de l’éminence osseuse qui est à la partie latérale interne & supérieure de l’os du canon : les anciens ont donné à cette éminence le nom d’éparvin ou d’épervin ; & c’est en conséquence de cette dénomination que l’on a appelé ainsi la tumeur dont il s’agit, & sur laquelle je ne peux me dispenser de m’étendre dans cet article.
Presque tous les auteurs ont distingué trois sortes d’éparvins ; l’éparvin sec, l’éparvin de bœuf, & l’éparvin calleux.
Par l’éparvin sec ils ont prétendu désigner une maladie qui consiste dans une flexion convulsive & précipitée de la jambe qui en est attaquée lorsque l’animal marche. Ce mouvement irrégulier que nous exprimons, d’un commun accord, par le terme harper, est très-visible dès les premiers pas que fait le cheval, & continue jusqu’à ce qu’il soit échauffé ; après quoi on ne l’aperçoit plus : si néanmoins la maladie est à un certain période, l’animal harpe toujours. Un cheval crochu avec ce défaut doit être absolument rejeté... On doit encore observer que ce mal ne suscite aucune claudication, & s’il arrive que l’animal boite au bout d’un certain temps, c’est en conséquence de quelque autre maladie qui survient au jarret, fatigué par la continuité de l’action forcée qui résulte de la flexion convulsive dont j’ai parlé...
Le premier est appelé éparvin de bœuf, parce que les bœufs d’un certain âge, & après un certain temps de travail, y sont extrêmement sujets. Dans ces animaux, selon la dissection que j’en ai faite moi-même, on aperçoit une tumeur humorale d’un volume extraordinaire, située à la partie latérale interne du jarret, & qui occupe presque toute cette portion : elle est produite par des humeurs lymphatiques arrêtées dans les ligaments de l’articulation, & notamment dans le ligament capsulaire. Cette humeur molle dans son origine, mais s’endurcissant par son séjour, devient plâtreuse ; de manière que la tumeur qu’elle forme est extrêmement dure...
Quoique l’éparvin calleux ou la tumeur osseuse contre nature, qu’on désigne par ce nom, tire sa cause principale des violentes extensions que le jarret du cheval a souffert, dont nous parlerons dans la suite, elle en reconnaît encore d’autres qui sont internes ou héréditaires, comme une mauvaise conformation des os, des ligaments, des muscles ; d’où résultent des jarrets étroits, mal faits, crochus, trop ou trop peu arqués. Cette difformité dans le cheval vient le plus souvent de l’étalon ou de la jument qui l’ont produit, & l’éparvin est presque inséparable de ce vice de conformation : les parties qui en sont affectées n’ayant point leur juste proportion ni le degré de solidité, sont peu propres à soutenir le poids énorme du cheval, encore moins à résister aux différents mouvements que l’on lui fait faire dans de certains cas ; d’où s’ensuit que le suc nourricier des os pressé par la tension & la collision des parties encore tendres, s’épanche sur la surface supérieure latérale & interne du canon. Ce suc se durcit, & gêne plus ou moins le mouvement du jarret, selon qu’il est plus ou moins proche de l’articulation. Tantôt cette concression osseuse soude le canon avec quelques-uns des os voisins : pour lors elle fait boiter l’animal dès le commencement de la formation de la tumeur, & de tous les temps. Tantôt cette tumeur ne fait que pincer l’articulation : dans ce cas l’animal boite jusqu’à ce que la surface intérieure de la tumeur étant usée par le frottement de l’os voisin, laisse un mouvement libre à l’articulation ; & c’est alors qu’on dit improprement que l’éparvin est sorti... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751)

Sections

  • cheval
  • pathologie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [29/03/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32042 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 14870 photos ou dessins.